Ilka SCHÖNBEIN · Theater Meschugge

Direction Artistique · Mise en scène · Manipulation
Création de marionnettes
Originaire de Darmstadt, Ilka s’est formée à la danse eurythmique de Rudolph Steiner qui prône l’alliance de l’âme et du geste plutôt que l’effort et la technique. Puis elle a étudié avec le marionnettiste Albrecht Roser à Stuttgart. Ses études terminées, elle a tourné une dizaine d’années avec d’autres compagnies avant de créer sa compagnie: le Theater Meschugge, et se lance sur les routes avec ses propres spectacles.

 

Photo © Marinette Delanné 2017

Metamorphoses

Métamorphoses a été créé pour la rue, pour toucher tous les publics. Puis, sans abandonner la rue, Ilka a accepté d’adapter son spectacle aux scènes de théâtre en y ajoutant un deuxième personnage, interprété d’abord par Thomas Berg son technicien allemand, puis Alexandre Haslé, acteur français, ensuite Mô Bunte, marionnettiste allemande. Chaque fois, Ilka a créé une nouvelle variante et avec sa dernière partenaire, elle en a même fait deux. Les masques et les costumes changent, certaines scènes et personnages disparaissent pour laisser place à d’autres. Métamorphoses, devenu Métamorphoses des Métamorphoses, a ainsi connu cinq versions dont la totalité évoluait d’un humour acide, si typique pour l’Europe Centrale, vers une vision intensément noire du monde, et l’accent passait de la marionnette au mime puis à la danse pour aboutir à un équilibre entre tous ces moyens d’expression.
Tant qu’elle joue, Ilka ne considère jamais ses spectacles comme achevés: elle les vit et ils vivent avec elle.

Le Roi Grenouille

Le Roi Grenouille lui a donné l’occasion de revenir au jeune public. Il a été créé en mai 1998 en coproduction avec le Théâtre d’Ivry Antoine Vitez et en collaboration avec le Conseil Général du Val de Marne, le Théâtre National de Montpellier, le Festival Mimos de Périgueux et le Théâtre National des Jeunes Spectateurs de Montreuil. Le Roi Grenouille a connu deux versions, la première avec Alexandre Haslé, la seconde avec Mô Bunte.
Ilka reprendra ce spectacle en 2005, sous le titre Le Roi Grenouille III, avec les comédiennes Simone Decloedt et Britta Arste, l’accordéoniste Rudi Meier, et le chanteur haute-contre Christian Ilg, puis avec Reiner Philipp Kais chanteur haute-contre. Le Voyage d’Hiver est né en automne 2003 au Théâtre Gérard Philipe à Frouard en Lorraine, en collaboration avec l’ABC de Bar-Le-Duc, le Théâtre Romain Rolland de Villejuif, Le Prisme de Saint-Quentin-en-Yvelines et le Conseil Général du Val de Marne. Puis il a été représenté au Festival Mondial de la Marionnette de Charleville-Mézières, à la Manufacture de Nancy, au Nouveau Théâtre d’Angers CDN, au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers et dans de nombreux autres théâtres.

 

 

 

Le Voyage d’Hiver

Le Voyage d’Hiver est né en automne 2003 au Théâtre Gérard Philipe à Frouard en Lorraine, en collaboration avec l’ABC de Bar-Le-Duc, le Théâtre Romain Rolland de Villejuif, Le Prisme de Saint-Quentin-en-Yvelines et le Conseil Général du Val de Marne. Puis il a été représenté au Festival Mondial de la Marionnette de Charleville-Mézières, à la Manufacture de Nancy, au Nouveau Théâtre d’Angers CDN, au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers et dans de nombreux autres théâtres.

Il est inspiré de l’oeuvre de Franz Schubert et de Wilhelm Müller. La mise en scène a été assurée par Ute Hallaschka et par Ilka Schönbein qui a aussi créé les masques, costumes et joue le rôle principal. Christian Hilg, interprète les Lieder de Schubert, Rudi Meier a brillamment transposé l’oeuvre originale pour l’accordéon, Simone Decloedt l’assiste dans le rôle d’une Harpie, et le texte français a été enregistré puis incarné successivement par les comédiennes Paule d’Héria et Marie-Laure Crochant. Malgré l’excellent accueil du spectacle, deux semaines après sa première, Ilka s’est remise à l’ouvrage, a théâtralisé l’interprétation de Christian Hilg qui assume très bien son nouveau rôle, a ajouté des intermèdes évoquant à la fois le voyage sans fin de son personnage et la fête foraine. En 2005, avec la collaboration artistique de Mary Sharp, Ilka implique dans son jeu la comédienne Nathalie Pagnac qui accompagne ce long chant lyrique en montrant comment cette douleur et le sentiment de perdition qu’ils engendrent, peuvent s’exprimer par le corps et la voix.

Mein eigen Fleisch
und Blut

Mein eigen Fleisch und Blut (Chair de ma Chair) entstand während eines Probenateliers am Théâtre Le Grand Parquet in Paris (18. Bezirk). Dieses Stück wurde produziert von Les Métamorphoses Singulières und koproduziert von ARCADI (Action Régionale pour la Création Artistique et la Diffusion en Ile-de-France), mit Unterstützung der Stadt Paris, des DRAC der Region Ile-de- France und der Verwaltung des 18. Pariser Bezirkes. Ilka wurde dabei inspiriert von dem Roman « Warum das Kind in der Polenta kocht » von Aglaja Veteranyi, einem Bericht voller Verzweiflung und zugleich berührend schöner Poesie über ein Zirkuskind, das – in Abscheu und Liebe an seine Mutter gefesselt – sein mißbrauchtes Leben beschreibt: der Schmerz bei Verlust, Einsamkeit, Raserei, Widerwärtiges, Entwurzelung…

Ilka erarbeitete die Dramaturgie mit Mary Sharp und vertraute die Interpretation der französischen Texte Nathalie Pagnac an. Das Stück feierte Premiere beim Festival Mondial de Marionnettes in Charleville-Mézières. Um das jahrmarkt- und zirkushafte Moment zu verstärken, brachte Ilka eine dritte

Schauspielerin mit ein: Bénédicte Holvoote, die sich auf italienisch einmischt. Das Stück wurde in vier verschiedenen Sprachen (französisch, spanisch, englisch und deutsch) und in ganz Europa aufgeführt: Spanien, Italien, Frankreich, der Schweiz, den Niederlanden und Deutschland.

Die Alte und das Biest

– für meinen Vater (La Vieille et la Bête – à mon père)


Die Alte und das Biest feierte im Oktober 2009 im Théâtre au bord de l’eau Vidy in Lausanne Premiere, weitere erste Aufführungen fanden im Februar 2010 im Grand Parquet in Paris statt. Es handelt vom kleinen Esel, vom Tod und Altern.

Dies ist Ilkas erste Zusammenarbeit mit der Musikerin Alexandra Lupidi, mit der sie die musikalische Kreation und die Bühne teilt. Das Stück wurde bis Mai 2013 in einer Vielzahl von Städten aufgeführt: Forum de Meyrin, Festival Effervescence in Nevers, Théâtre Firmin Gémier d’Antony, Théâtre Romain Roland de Villejuif, L’espal au Mans, ABC Dijon, Festival du Théâtre Pan (Lugano), Les Contes Givrés in Saint Vallier, Champs de la Marionnettes in Saint Germain Les Arpajon, Théâtre de Morsang sur Orge, CDN d’Aubervilliers ; Théâtre de la Commune, L’Agora de Billère, Théâtre des 4 saisons in Gradignan, L’Astrobale von La Rochelle, Le Libournia in Libourne, Théâtre de L’Espace ; scène nationale de Besançon, Scène Nationale de Forbach, Centre Pablo Picasso d’Homécourt, ATP des Vosges à Epinal, La Maison du Théâtre d’Amiens, Le Safran d’Amiens, L’arche de Béthoncourt, Mainz, Festival Mondial de Charleville-Mézières, Cottbus, München, Potsdam, Berlin, La Comédie de Béthune, Saint Barthélémy d’Anjou, le strapontin in Pont Scorff, La paillette in Rennes, Stuttgart, Mannheim, Scène Nationale in Limoges, les sept collines in Tulle, Cusset, Ramonville, Urrugne, Oloron Sainte Marie, L’Agora in Billere, L’estive de Foix, Bergerac, Théâtre Edwige Feuillère in Vesoul, Figura Festival in Baden, Festival d’Offenburg, Espace Soutines de Lèves, Centre Culturel de Chef Boutonne, Le Carré – Les Colonnes de Blanquefort, La scène Nationale de Châteauroux, La Maison du Théâtre in Brest, La Merise in Trappes, Le Centre Malraux in Vandoeuvre-lès-Nancy, Le Centre de la Marionnette in Tournai, Le Théâtre National in Namur, Le Manège in Maubeuge, Festival Titirimundi (Ségovia, Burges, Valladolid, Madrid). Es wurde in einer deutschen, englischen, italienischen und spanischen Version aufgeführt.

Sinon je te mange…(Sonst fress ich dich…)


feierte im Herbst 2014 Premiere im Théâtre de la Marionnette in Paris.

Kooperationen und Regie

Ilka Schönbein arbeitet auch mit anderen Puppenspielerinnen zusammen und führt Regie. So entstand 2006 Der Wolf und die sieben Geißlein mit Kerstin Wiese (300 Vorstellungen), 2009 Wolfshunger mit Laurie Cannac (325 Vorstellungen), das 2010 für den französischen Theaterpreis Molière für Junges Theater nominiert wurde, und 2013 Nicht Fisch noch Weib ebenfalls mit Laurie Cannac.